L’ANSES fait état de signalements d’effets indésirables qui l’ont conduit à évaluer en particulier les risques endocriniens et métaboliques relatifs à l’apport de vitamine D et d’iode par des compléments alimentaires destinés aux femmes enceintes.

 

38_PhytothérapieSuite à des signalements de cas d’hypercalcémie néonatale et d’hypothyroïdie congénitale possiblement liés à la prise de compléments alimentaires pendant la grossesse, l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a mis en place un groupe de nutrivigilance.

Ces signalements ont conduit l’Anses à évaluer les risques associés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux femmes enceintes contenant de la vitamine D ou de l’iode.

 

Ne pas cumuler les sources de vitamines et minéraux sans suivi biologique régulier

Au-delà des cas de la vitamine D et de l’iode, qui ont spécifiquement fait l’objet de déclarations de nutrivigilance, l’Agence met en garde contre la multiplication des sources de vitamines et minéraux, en l’absence de besoins établis. En effet, celle-ci peut dans certains cas conduire à des dépassements des limites de sécurité.

Elle attire particulièrement l’attention des professionnels de santé sur l’importance de ne pas cumuler les sources de vitamines et minéraux sans suivi biologique régulier.

 

Pas de compléments alimentaires sans un avis médical

L’Agence rappelle par ailleurs aux femmes enceintes de ne pas consommer de compléments alimentaires sans l’avis d’un professionnel de santé, et leur recommande de signaler à leur médecin, pharmacien ou sage-femme la prise de tout produit (médicament ou complément alimentaire), qu’il soit délivré sur prescription ou pris en automédication.

 

L’Agence rappelle enfin aux professionnels de santé l’importance de déclarer au dispositif de nutrivigilance les effets indésirables portés à leur connaissance, qui seraient susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires.

 

 

Source : Anses

Pour en savoir plus consultez le site de l’Anses ou accédez au rapport.

 

 

 

Mise en ligne le 3 juillet 2017

Image : Pixabay Creative Commons CC0 (domaine public)